Chaos in the CBD

Surnom Beans
Prénom Louis et Ben Helliker-Hales
Pays Nouvelle-Zelande
Genre House/Deep-House
Activité DJ, Producteur, Label Owner
Membres de In Dust We Trust
Site officiel
Facebook
Instagram
Soundcloud

"Je me suis promené sur la plage, je suis allé dans un vignoble pour le déjeuner, j'ai fumé de l'herbe, j'ai trop bu et j'ai dû joué de la musique tout le week-end : Etta James, Années 80, le Winans Brothers Louie Vega Remix, The Orb et le Sweat On The Walls de John Tejada." Mme Helliker-Hales

Lorsque votre mère vous envoie des textes comme ceux-là, il n’est peut-être pas surprenant que vous vous retrouviez dans une carrière musicale. Pour les frères Helliker-Hales, Chaos In The CBD, c’est une affaire de famille. Ils ont beau être sans doute l'un des duos les plus en vogue du moment, ça ne les empêche pas de maintenir l’ambiance chaleureuse qui émane de leur enfance dans la banlieue idyllique d’Auckland.

Le duo - Louis et Ben (aka Beans) - fait partie de la communauté de danse très soudée à Peckham, mais les étés froids de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande tiennent toujours une place dans leur imagination fertile. Ayant été initiés à la musique de groupes comme The Cure et Joy Division par leurs parents fous de musique, c’est maintenant aux garçons de les transformer en House music, et oui, M. John Tejada. Les deux musiciens ont toujours eu le goût de réussir dès leurs débuts dans la musique électronique l(histoire débute réellement après la conversion de Louis Damascène du rock à la house dans une rave à Melbourne. Il est revenu converti, guidant les explorations sinueuses de Beans sur Fruity Loops vers le son de Chicago. Ils regardaient des stars locales comme Soane, Dick Johnson, Bevan Keys et Greg Churchill et s’imaginaient eux-mêmes dans la cabine derrière les platines. Plus tard, ils ont reçu des conseils avisés de Recloose, né à Détroit, qui a échoué sur les rives d’Auckland et y est resté plusieurs années. Leur déménagement à Peckham, aussi accidentel soit-il, n’aurait pas pu mieux tomber, toutes les conditions étaient réunies. Ils ont rencontré le scénographe local Bradley Zero dans un train la semaine de leur arrivée.

«J’ai dit: c’est le gars de Boiler Room», se souvient Louis. Beans est allé dire bonjour et Bradley a dit : « En fait les gars j'ai quelques disques à vous ! » Et nous étions comme : « Vous plaisantez.

C’est fou. Il nous a parlé de Rhythm Section et des soirées et nous sommes devenus des habitués. » Cette connexion fortuite est devenue une partie intégrante de leur nouveau réseau dans le très animée et émergente Peckham. Bradley a ensuite publié le nouvel EP, Midnight In Peckham. Le travail de Beans chez Yam Records, au coin de la rue, près de la station Peckham Rye, a fermé le cercle. Ils avaient peut-être des accents amusants, mais c'était maintenant la maison.

Néanmoins, c’est la mémoire de la Nouvelle-Zélande - et des perspectives effrayantes de Beans - qui leur inspire ces sons house typiquement moelleux. «C’est la preuve que nous sommes froids. Nous avons grandi près de la plage », déclare Louis, tandis que Ben répond : « C’est vraiment une représentation de notre enfance ». Malgré leur approche horizontale du travail en studio, leurs mixs sont à un niveau différent. « Nos DJ sets sont complètement différents de la façon dont nous produisons», déclare Louis. "Nous jouons lourd - pas techno - mais il est très rare que nous jouions une chanson comme Midnight In Peckham."

Après avoir acquis une réputation dans le studio et suivi les rigueurs constantes de la vie de DJ, ils sont maintenant prêts à dresser un bilan, prendre du recul et examiner où ils veulent être dans dix ans plutôt que dans l’après-match dans trois heures. Ils sont passés du rire à la construction d’une carrière. "Plans?", Demande Louis. «Nous avons notre propre label et nous nous investissons beaucoup dans cela. Cela signifie que nous pouvons publier des choses au rythme que nous voulons. Nous avons également un double EP pour Mule Musiq qui sort bientôt, mais après, c'est un peu au grès du vent. Même si nous voulons recommencer à travailler avec des labels extérieurs, car cela peut faire un peu caisse de résonance de sortir des tracks sur votre propre label." Le label en question, In Dust We Trust, en collaboration avec leur compatriote Kiwi Jon Sable, a accouché jusqu’à présent d'une série d'EPs exceptionnels. L’industrie de la musique est parsemée de duos de frères (d'arme), de Dave et Ray Davies des In The Kinks à Phil et Don des Everly Brothers. Chaos In The CDB ne pourrait pas être plus différent. "Nous ne serions pas ici si nous n'étions pas deux", admet Louis. "Il y avait trop de scénarios où je n'aurais pas pu le faire sans lui et vice-versa. Nous nous appuyons donc beaucoup les uns sur les autres émotionnellement. De plus, si quelque chose ne va pas, ce n’est que la moitié de votre faute; si quelque chose va bien, vous pouvez le partager avec quelqu'un.» Amen to the Chaos.

Bill Brewster, traduit par Florent Sales